Ok

Problème de connexion?

Problème de connexion?

Entrez votre courriel. Nous vous transmettrons un lien
pour réinitialiser votre mot de passe.



Code de sécurité :
Entrez les caractères figurant dans l'image.

Rafraîchir

Envoyer

Facebook

Venez discuter!

Baie-James Québec permet la destruction gratuite de l'environnement au nord du 49e parallèle

Publié le 1 octobre 2018
Auteur : .

Un nouveau règlement, entré en vigueur le 20 septembre, suscite l'étonnement chez des fonctionnaires, des juristes, des scientifiques et des environnementalistes. Au nord du 49e parallèle, le gouvernement du Québec permet la destruction de milieux humides et hydriques sans exiger de compensation par de l'argent ou des travaux, ce qui pourrait aller à l'encontre de l'objectif de la loi.

En théorie, le nouveau Règlement sur la compensation pour l'atteinte aux milieux humides et hydriques impose une contribution financière pour les promoteurs de projets qui détruisent ou abîment des étangs, des marais, des marécages, des tourbières, des plaines inondables, des ruisseaux ou des rivières. Dans certains cas, ce paiement peut être remplacé par des travaux pour restaurer ou recréer le milieu naturel.

Mais ce règlement, signé par la ministre de l'Environnement, Isabelle Melançon, ne s'applique pas au nord du 49e parallèle, là où l'on retrouve la majeure partie des milieux humides et hydriques du Québec.

Toutefois, 35 municipalités nordiques sont soumises au respect du règlement, c'est le cas des villes de Baie-Comeau et Sept-Îles. En revanche, on ne trouve pas dans cette liste des municipalités comme Fermont, Schefferville, Lebel-sur-Quévillon, Matagami, Chapais ou Chibougamau. Or, il s'agit de territoires où se fait beaucoup d'exploitation de ressources naturelles (mines ou foresterie).

Pour lire l'article complet, cliquez ici.

Retour aux actualités
Haut de page